CDM

Sensibiliser et agir conte la violence à l'égard des femmes

Project Info

Client CDM-Centro de los Derechos de Mujeres
Skills Contre la violence à l'égard des femmes

Project Description

Depuis 1994, le CDM promeut les droits des femmes et travaille pour le renforcement de leur autonomie. Dans ce cadre, notre partenaire développe des initiatives dans les domaines de l’emploi, de la violence envers les femmes, des droits sexuels et reproductifs, et de la participation citoyenne. Selon notre partenaire, une femme porte plainte toutes les trois heures pour violence et toutes les 16 heures une femme est assassinée au Honduras. Ces chiffres sont basés sur l’observatoire des droits humains des femmes que le CDM a mis en place en 2005. Cet observatoire rassemble et analyse des informations de presse, mais aussi des registres des institutions de sécurité et justice du pays. Les chiffres avancés ne prennent donc pas en compte le nombre de femmes qui pour des raisons de répression vivent la violence dans le silence, sont assassinées, disparaissent ou décident de fuir vers les Etats-Unis. Les cimetières clandestins indiquent que les cas rapportés sont largement en-dessous du nombre réel.

Autre donnée : d’après les chiffres de l’Institut national de statistiques, 36,9% de la population hondurienne ont entre 13 et 30 ans. Ils constituent le groupe le plus touché par les réductions des investissements sociaux, par la pauvreté et par l’escalade de violence que le pays a vécu pendant la dernière décennie. Selon les différentes études, environ la moitié des meurtres au pays ont comme victime un jeune, homme ou femme, entre 20 et 29 ans. Dans d’autres mots, toutes les 8 heures, un jeune est assassiné au Honduras. Certaines ONG ont même dénoncé l’existence de groupes d’extermination agissant de manière ciblée, cherchant à semer la terreur. Regardés de plus près, les chiffres montrent d’autres détails: entre 2010 et 2014, 54% des jeunes victimes provenaient d’un seul centre d’études supérieures, l‘Université national du Honduras (UNAH).

En effet, la jeuneuse hondurienne n’est pas seulement la cible des groupes armés, du crime organisé ou de la délinquance ordinaire. Ceux et celles qui se sont mobilisés contre le coup d’État de 2009 et qui ont choisi la voie de la participation publique et de l’engagement social sont actuellement harcelés davantage par les groupes de pouvoir et les médias.

Notre projet actuel porte sur plusieurs axes

  • le renforcement des capacités d’analyse et d’action politique de jeunes femmes liées au mouvement d’étudiants universitaires par le biais de la formation orientée d’après une approche de genre. En total, 75 femmes universitaires (25 par an) participeront à des formations spécifiques.
  • la promotion des acteurs-relais dans le milieu universitaire afin de démultiplier les impacts du projet et d’amplifier la portée des actions de sensibilisation. CDM ne veut pas se substituer aux acteurs universitaires, mais se donne en priorité la mission de les former et de les outiller pour qu’ils intègrent les cadres nécessaires pour développer des stratégies de sensibilisation, de formation et de mobilisation autour de l’oppression et les violences à l’égard des femmes. De cette manière, le projet favorise la participation active des jeunes et facilite l’assimilation à long terme du contenu des formations.
  • la sensibilisation de la population universitaire moyennant des campagnes sur le droit des femmes à décider sur leurs corps.

You are donating to : Action Solidarité Tiers Monde

How much would you like to donate?
€10 €25 €50
Would you like to make regular donations? I would like to make donation(s)
How many times would you like this to recur? (including this payment) *
Name *
Last Name *
Email *
Phone
Address
Additional Note
Loading...